installation Raspberry

Le Raspberry-Pi : Installation & Démarrage-

Ceci est le deuxième article traitant du Raspberry-Pi,3D Raspberry-Pi afin de comprendre les explications qui vont suivre et de vérifier que vous vous êtes équipé avec le matériel adéquat je vous invite donc à consulter le premier volet, si ce n’est pas déjà le cas.

 
 
 
Le Raspberry-Pi –Prise en main
 
Pour tous les autres voici la suite 🙂 !

Quel système d’exploitation choisir ?

Dans cet article nous allons voir comment installer puis configurer le système d’exploitation, (communément appelé OS) sur notre nano-ordinateur.  Des systèmes d’exploitation nous en connaissons tous quelques-uns, certains sont plus connus, comme Windows(Microsoft), IOS(Apple), Android (Samsung), alors que certains le sont moins comme Linux (Open source) ! Alors lequel installer sur notre tout nouveau Raspberry-Pi ? Bien sûr, nous allons nous intéresser à l’OS open source : Linux. Ou tout du moins à un de ces dérivés, Raspbian.

Raspbian, optimisé pour le Raspberry-Pi dérive de la version Debian de l’OS Linux. Raspbian augmente potentiellement les performances de 7% à 41% en plus par rapport à Debian.

Je suis d’accord, cela en fait du monde dans nos ordinateurs ! Alors que retenir ? Retenez simplement que nous installerons un OS de base Linux appelé Raspbian. Les plates-formes Linux sont amovibles, légères et ont sans doute pour principal avantage, leur gratuité !

Etape 1 : Télécharger l’OS & Configurer sa carte SD

-Télécharger le système d’exploitation, Raspbian: http://downloads.raspberrypi.org

En cliquant sur le lien ci-dessus vous aurez accès à de nombreux OS que vous pouvez installer de la même manière sur votre Raspberry-Pi (par exemple ; Openelec, Riscos, Raspbmc…). NOOBS est un peu particulier. Il s’agit en réalité d’une image contenant de multiples OS. Le choix de l’OS peut donc être fait lors de l’installation si vous choisissez NOOBS. Raspbian étant optimisé pour le Raspberry-Pi, c’est donc ce dernier que j’ai choisi de vous décrire.

Extraire l’image téléchargée (clic droit sur le fichier, ‘’extract all’’).

Si vous ne possédez pas encore de logiciel de décompression veuillez suivre le lien suivant pour télécharger winrar : http://www.win-rar.com/start.html?&L=10

Une fois votre fichier décompressé, si tout c’est bien passé, vous obtenez un fichier possédant une extension ‘’.img’’.

Il s’agit de notre OS Raspbian prêt à être inscrit sur notre carte SD. Toutefois un copier/coller ne suffira pas, nous devons inscrire le fichier ‘’.img’’, comme une image bootable. Pas de quoi s’alarmer je vous rassure. Il nous suffit d’installer un petit logiciel gratuit, et oui encore un !

Ce logiciel c’est, Win32Disk Imager, que vous pouvez télécharger sur le lien suivant

(Je vous propose deux liens au cas où 😉 ):

http://win32-disk-imager.fr.uptodown.com/

http://sourceforge.net/projects/win32diskimager/

Ce logiciel va donc nous permettre d’inscrire le système d’exploitation sur la carte SD.

Décompressez win32disk imager avec votre nouveau logiciel winrar, puis installer le.

Insérer votre carte SD dans le connecteur SD de votre PC (sinon acheté un adaptateur USB/SD).

Ouvrez ensuite win32Disk imager:

Dans l’onglet ‘’device’’ à droite vérifier que la lettre affichée est bien celle de votre carte SD (vous pouvez comparer avec votre poste de travail (‘’ordinateur’’) que la lettre correspond bien ! En règle générale votre disque dur principal porte la lettre ‘’C :’’. Il ne faut en aucun cas inscrire sur ce disque dur, mais bien sur votre carte SD, sinon l’OS de votre ordinateur sera effacé, ce qui serait gênant 🙂

Dans l’onglet de gauche appelé ‘’ Image File’’, vous devez renvoyer le fichier décompressé (le ‘’.img’’). Vous devrez pour cela parcourir vos fichiers en cliquant sur l’icône ‘dossierafin de renseigner le chemin d’accès de votre ‘’.img’’.

Une fois ces deux paramètres renseignés, et vérifiés nous cliquerons sur ‘’write’’. Validez ensuite l’avertissement. Quelques instants après, notre carte SD abritant l’OS Raspbian, est prête !

             Notre carte SD est fonctionnelle, notre Raspberry-Pi est équipé ! Nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin ? Place au démarrage, et à la configuration de l’engin 🙂 !

Etape 2 : Branchements & démarrage

Insérez la carte SD préparée (comme expliqué à l’étape 1), sur le connecteur carte SD du Raspberry-Pi.

Branchez le câble HDMI-HDMI, de la prise HDMI de votre écran, vers la prise HDMI de votre Raspberry-Pi (si vous ne disposez pas de connecteur HDMI, c’est le moment d’utiliser les fameux adaptateurs dont je vous aie parlé la dernière fois).

Brancher le clavier et la souris sur les ports USB de votre Raspberry-Pi.

Insérer le câble Ethernet dans la prise RJ45 du Raspberry-Pi, vers une des prises RJ45 située au dos de votre box-internet (Si vous souhaitez vous connecter par Wifi, nous verrons cela, toutefois pour les premiers pas, mieux vaut une connexion par câble).

Lorsque tout est connecté* : Brancher l’alimentation (700mA, 5V) du Raspberry-Pi vers le secteur (micro USB vers secteur).

*Note : Le Raspberry-Pi étant dépourvu d’interrupteur de marche/arrêt, le système démarre automatiquement dès la mise sous tension.

Etape 3 : Configuration

Lors du premier démarrage vous arrivez sur la fenêtre bleu ‘Raspi-config’.

Tout est facilité pour vous permettre de configurer rapidement votre Raspberry-Pi.

Configuration, ‘Raspi-config’

Raspi-config

Pour la configuration basique nous ne réglerons que quelques paramètres :

configure_keyboard : vous sert à régler le model de votre clavier.

change_pass : permet de modifier votre mot de passe. Si vous modifiez ce paramètre pensez à noter votre mot de passe, sans quoi il vous faudra repasser par la case win32diskimager !

change_locale : pemet de modifier la langue.

change_timezone : réglage du fuseau horaire.

ssh : vous pouvez activer cette option dès à présent, elle nous sera bientôt très utile.

Comme vous l’avez peut-être remarqué, c’est ici que nous pourrons overclocker notre Raspberry!

C’est juste magnifique, et cela n’annule en aucun cas la garantie. Elle est pas belle la vie 🙂

Nous reparlerons de cela plus tard, en attendant je vous propose de revenir sur l’option, expand_rootfs;

expand_rootfs : cette option vous permet d’étendre la capacité de mémoire de votre carte SD (si cela est possible). Il vous suffit de l’activer, puis de valider le message de reboot (ou redémarrage).

Si vous vous sentez perdu dans la configuration, pas de panique, rendez-vous sur le lien ci-dessous, il s’agit d’un document édité par, mon-club-elec, détaillant parfaitement les étapes de configuration : http://www.mon-club-elec.fr/mes_downloads/doc_raspberrypi/rasperrypi_utilitaire_raspi_config.pdf

Une fois la configuration terminée vous aurez toujours moyen d’accéder à la fenêtre ‘raspi-config’ par le biais de la commande, ‘sudo raspi-config’, à entrer dans le prompt, une fois logger bien évidemment !

Etape 4: Démarrage

Se logger

Prompt Raspberry

Prompt Raspberry

Une fois ces quelques paramètres modifiés  votre Raspberry-Pi redémarre, puis une série de lignes de code s’affiche sur votre écran (visible sur l’image ci-dessus), enfin on vous demande : ‘raspberrypi login :

Si vous ne l’avez pas modifié, il s’agit du login par défaut soit : ‘pi’

Une fois le login validé, la mention ‘Password’, va s’afficher.

Entrer, ‘raspberry’, par défaut, puis valider.

La session est ouverte, vous arrivez alors sur le prompt :

pi@raspberry ~ $

Ce n’est pas très attrayant, et pourtant c’est bien ici que tout va se passer ! Il s’agit du prompt, ou l’invite de commande si cela vous est plus familier. Vous l’aurez compris c’est ici que nous entrerons nos lignes de commandes pour ordonner plein de choses à notre nano-ordinateur !

Passer du prompt à l’interface graphique (GUI)

Vous me direz, à quoi bon une sortie HDMI pour afficher une fenêtre noire, avec quelques lignes de texte?

Vous auriez raison ! Nous avons la possibilité d’entrer sur l’interface graphique, qui est bien plus attrayante, avec la commande ‘startx’.

Toutefois nous allons rapidement nous rendre compte que le Raspberry est très ralenti lorsque l’on passe en interface graphique. Il y a cependant un moyen de booster la capacité de votre GPU au détriment de votre CPU. Un choix à faire qui dépend de votre utilisation du Raspberry, et que nous n’aborderons pas ici.

Pour retourner sur le prompt depuis l’interface graphique  il nous suffit d’aller dans notre menu principal (en bas à gauche) , aller sur, ‘Accessories’, puis cliquer sur ‘LXTerminal’. Comme indiquer sur la capture d’écran ci-dessous.

Raspberry GUI vers Prompt

Passer de GUI au Prompt

Utiliser le prompt

Une fois de retour sous le prompt, voici quelques exemples de ce que vous pouvez taper :

Mettre à jour votre Raspberry :

sudo aptitude update

sudo aptitude upgrade

Ouvrir l’interface graphique: startx

Configuration du Raspberry : sudo raspi-config

Éteindre le Raspberry : sudo shutdown -h now

Redémarrer le Raspberry: sudo reboot

Installer un nouveau programme: sudo aptitude install nom_du_programme (par exemple ; sudo aptitude install vlc).

Obtenir le chemin d’accès complet vers un répertoire : pwd nom_du_répertoire

Manuel d’utilisation d’un programme : man nom_du_programme

Créer un répertoire : mkdir nom_du_répertoire

 

Consulter la charge CPU : top

Consulter la température du CPU = /opt/vc/bin/vcgencmd measure_temp

Je vous laisse à présent découvrir cette nouvelle interface et ses multiples possibilités. Familiarisez-vous avec le prompt nous l’utiliserons très souvent. La prochaine fois nous verrons entre autres, comment configurer l’adresse IP puis prendre la main à distance de notre Raspberry-Pi.
Publicités